Filières bois d’oeuvre

En milieu agricole, l’arbre à sa juste place constitue une culture à part entière. Les arbres d’avenir sont récoltés adultes. Ce sont des arbres isolés, en alignement intraparcellaire ou intégrés à des haies de bord de champ, dont une valorisation intéressante peut être atteinte dans plusieurs dizaines d’années pour des débouchés de niche (ébénisterie, marqueterie, lutherie, …) notamment dans un contexte mondial où les réglementations se durcissent sur l’exploitation des forêts tropicales avec pour conséquence, une raréfaction des bois tropicaux précieux sur les marchés. De nombreuses essences locales ont autant d’intérêt que les bois tropicaux pour leur mise en oeuvre : alisier, cormier, merisier, chataignier, robinier, poirier, noyer, etc.

Avant d’être récoltés pour du bois d’oeuvre, ces arbres joueront plusieurs fonctions : tampon climatique, accueil de la biodiversité, productions secondaires, structuration du paysage. Ces fonctions sont d’ailleurs souvent les motivations principales des planteurs d’arbres, avant la récolte de bois d’oeuvre, celle-ci étant un objectif à long terme qui bénéficiera plutôt à la génération suivante.

Le choix d’essences de ces arbres d’avenir doit être fait en connaissance des services écosystémiques potentiellement rendus par ces arbres, mais aussien fonction du changement climatique, dont les conséquences se font déjà sentir sur les forêts françaises.